JNE SAMSAH - Table Ronde 1

De gauche à droite, Léna Eschbach, Armelle Bonnechaux

 

"SAMSAH & SAVS : 13 ans après la loi, quels bilans et perspectives ?"

 

Léna Eschbach, Chef de projet national - Services à domicile, APF France handicap

 

Visionner son interview   

 

Son parcours

 

Après un master en droit suivi d’un MBA de directeur des établissements et services sociaux et médico-sociaux, je me suis orientée vers le secteur médico-social avec une première mission au sein du Groupe SOS en tant que chargée de mission qualité auprès du pôle Solidarité (250 ESMS tous publics confondus). J’ai renforcé mon expertise au sein de l’Association des Papillons Blancs des Rives de Seine comme responsable qualité et gestion des risques. En 2015, j’ai rejoint la société Philanthropique en qualité de responsable du développement avec l’objectif d’accompagner les réponses aux appels à projets, la mise en place de dispositifs innovants et la coordination des projets de reprise. Enfin, j’ai intégré APF France handicap en 2017, en qualité de chef de projet national – offre de service afin de piloter le plan stratégique des services à domicile, prendre part aux enjeux de développement de l’offre médico-sociale sur l’ensemble du territoire et suivre les différents chantiers nationaux (SERAFIN-PH, Guide CNSA « Mesure de l’activité, modèle de financement des SAAD, …).

APF France handicap : une association humaniste, militante et gestionnaire

Reconnue d’utilité publique, l’APF France handicap est un mouvement associatif national de défense et de représentation des personnes en situation de handicap et de leurs familles qui rassemble 26 000 adhérents, 30 000 usagers, 25 000 bénévoles et 14 100 salariés.

APF France handicap a pour but :

  • La représentation, la défense et le soutien à titre collectif et individuel des personnes en situation de handicap, et la lutte contre les discriminations ;
  • L’action de groupe contre toutes les formes de discriminations dont sont victimes les personnes en situation de handicap devant toute juridiction ;
  • La pleine et effective participation à la société des personnes en situation de handicap sur la base de l’égalité avec les autres ;
  • L’amélioration de la réponse aux besoins, de la situation sociale et matérielle, de l’état de santé, à tous les âges de la vie, des personnes en situation de handicap ainsi que de leurs familles et de leurs proches aidants ;
  • La participation de tous aux actions visant à atteindre ces buts.

L’Association se compose de 540 établissements, services et délégations, portant le projet APF France handicap sur tout le territoire :

  • 126 Structures Enfants (13 CAMPS, 62 SESSD, 6 SSAD, 38 IEM et 7 IME – FP)
  • 262 Structures Adultes (71 SAVS, 52 SAMSAH, 36 Foyers de Vie, 34 Foyers d’Accueil Médicalisés, 8 MAS, 20 SAAD et 6 SSIAD)
  • 54 Structures emploi « APF Entreprise » (25 ESAT, 25 EA et 4 CDTD)

APF France handicap est dotée d’une position privilégiée au carrefour de l’action associative et de la vie des services et des établissements sanitaires et médico-sociaux.

Elle dispose d’une connaissance approfondie des institutions et des besoins des personnes accueillies (déficience motrice, déficience intellectuelle, polyhandicap).

Découvrez le détail de son intervention en cliquant ici

Son intervention

 

Les SAMSAH et les SAVS occupent aujourd’hui une place centrale dans la logique de parcours des usagers, notamment en raison de leur rôle prépondérant concernant l’évaluation des situations et des besoins des usagers, de leur capacité à coordonner les parcours, de leur fort ancrage territorial ou encore, de la souplesse de leurs modes de fonctionnement. Pour autant, l’hétérogénéité des services complique leur valorisation, notamment auprès des financeurs.  Cette hétérogénéité se retrouve à la fois aux niveaux des prix pratiqués, du nombre de professionnels et de métiers représentés, de la diversité de la taille des services et des modalités d’accompagnements proposés selon les ressources disponibles sur le territoire.  

La place des SAMSAH-SAVS est d’autant plus importante compte tenu de la transition inclusive qui traverse actuellement le secteur médico-social. Les principes directeurs de cette transformation ont été affirmés lors de la Conférence national du handicap de 2016, et plus particulièrement relevés dans la stratégie quinquennale de l’évolution de l’offre (2017-2021). Les politiques publiques actuelles visent ainsi à prévenir les ruptures de parcours et l’inéquation des solutions pouvant être proposées, à développer des réponses inclusives et à faire évoluer les prestations de services en vue de mieux répondre aux besoins, à consolider l’organisation territoriale intégrée au service de fluidité des parcours de santé et de vie et à améliorer en continue la qualité des accompagnements en favorisant l’adaptation des pratiques. Ces différents changements impliquent de passer d’une logique protectionniste à une logique d’autonomisation des personnes vis-à-vis des services.

Les ESMS seront donc amenés à répondre à court terme à cet enjeu de transformation : moduler l’intensité de l’accompagnement en fonction du moment du parcours, mettre en place des accompagnements dynamiques et évolutifs accompagnés de réévaluations fréquentes et faciliter les passerelles vers le droit commun. Les modalités du dialogue de gestion devront également évoluer en vue de repenser la mesure de l’activité et le fonctionnement en dotation globale. Enfin, la graduation de l’offre en fonction des besoins et des ressources des personnes et le développement des partenariats sont aussi des démarches qui devront être activement mises en œuvre.  

Ces changements structurels auront pour conséquences de faire évoluer les missions et les organisations des services, les pratiques professionnelles, les systèmes d’information et de faire émerger de nouvelles fonctions.

 

Armelle Bonnechaux, Directrice Territoriale, Association Isatis, Santé Mentale France

 

Visionner son interview   

 

Son parcours

 

Je travaille au sein de l’association Isatis depuis plus de 20 ans. Isatis s’occupe de personnes adultes souffrant de troubles psychiques et accueille 3 000 personnes par an sur différents établissements et services de PACA / Corse / Occitanie.

J’ai une formation de Psychologue Clinicienne et dirige différents établissements et services sur plusieurs départements depuis 2004.

J’ai été diplômée du CAFDES (École des Hautes Études de la Santé Publique de Rennes) en 2009.

 

Son intervention

 

Mme Bonnechaux articule son propos autour de 3 éléments clés de la problématique des SAMSAH et des SAVS :

  • Les évolutions du champ,
  • Le bilan des années passées,
  • Les perspectives d’accompagnement liées aux évolutions récentes.

Le secteur des SAMSAH et des SAVS est traversé depuis quelques années par plusieurs types d’évolution et développements :

  • Le handicap psychique,
  • Les SAMSAH spécifiques (exemple : logement, travail),
  • La file active,
  • L’évolution de l’organigramme,
  • La population : le rajeunissement, la précarisation,
  • Le collectif : activités, actions, séjours,
  • Le partenariat

Le bilan :

  • La gestion des dossiers des usagers,
  • La meilleure connaissance du dispositif par les financeurs,
  • L’amélioration de la temporalité dans l’accompagnement,
  • La difficulté dans la gestion des listes d’attente,
  • L’intérêt de ce dispositif,
  • L’évaluation.

Les perspectives :  

  • Rendre la personne actrice de son projet de vie,
  • Valoriser davantage les accompagnements dans les SAMSAH,
  • Développer ces services pour répondre encore plus aux besoins,
  • Développer une transversalité et une souplesse supplémentaire avec les plateformes de service et les pôles de compétences et de prestations externalisées (PCPE),
  • Favoriser l’innovation dans l’accompagnement.