JNE SAMSAH - Table Ronde 2

De gauche à droite, Julia Boivin, Philippe Guérard, Vincent Renoir

 

"Comment favoriser la co-construction de l'accompagnement avec l'usager ?"

 

Julia Boivin, Chargée de mission, Odynéo

 

 

Son parcours

 

Julia Boivin, chargée de mission au sein de l’association Odynéo « Handicap et parcours de vie » : j’interviens en tant que « patiente experte » auprès des professionnels, parents et résidents que nous accompagnons. Il s’agit de collaborer ensemble à une valorisation des parcours de chacun, via une promotion de l’auto-détermination.

Odynéo est une association de familles qui agit dans le Rhône, l’Ain et le Jura, pour le bien-être des personnes en situation de handicap et de leurs proches. Dans ses 31 établissements, elle accueille plus de 1000 personnes porteuses d’un handicap neuromoteur, grâce au travail de ses 1050 salariés, et au soutien de ses adhérents et bénévoles.

 

Son intervention

 

Favoriser la co-construction de l’accompagnement avec l’usager nécessite aujourd’hui de travailler sur nos représentations du handicap et de sortir de la dépréciation et d’une vision centrée sur le manque, en vue de valoriser davantage les personnes en situation de handicap. Dans ce cadre, l’accompagnement vise à pointer les limites mais aussi les capacités et doit avant tout avoir pour objectif de faire vivre les usagers et de leur faire ressentir le sentiment de réussite.

Changer de point de focalisation demeure également structurant pour favoriser cette co-construction. En ce sens, l’individu ne se situe plus au centre de son suivi, mais ce sont ses objectifs et ses choix qui priment et sont mis au centre de cet accompagnement. Ce point nécessite ainsi que l’usager prenne activement part à la « table des négociations » et soit responsabilisé face à ses prises de décisions en lui offrant la possibilité d’être conseillé sur la palette de solutions existantes : faire seul, faire avec, faire faire. Cette démarche nécessite ainsi de caler le rythme sur celui de l’usager pour que l’accompagnement prenne tout son sens, en complément et en soutien de la personne.

Cet accompagnement permet dès lors de reconnaître la personne ainsi que ses capacités à apporter quelque chose aux autres, réinstaure la transversalité dans la relation et favorise la participation sociale.

 

Philippe Guérard, Président d'Advocacy-France

 

 

Son parcours

 

Philippe Guérard, « jeune » retraité de la fonction publique territoriale (bibliothécaire).

Longue vie militante au sein de diverses associations sur la citoyenneté et/ou le handicap. Siège actuellement à la MDPH du Calvados, élu municipal à Saint Germain la Blanche Herbe (commune dans la périphérie de Caen), représentant des usagers à l’EPSM de Caen, etc.

Co-fondateur d’Advocacy (dont on vient – le 22/11 dernier – de fêter les 20 ans en Normandie) et Président de cette dernière depuis plus de 15 ans.

 

Son intervention

 

Depuis sa création il y a plus de 20 ans, Advocacy milite pour l’inclusion sociale des personnes laissées pour compte dans le domaine de la santé mentale, voire dans une situation de précarité en général. Advocacy a, dès 2001, créé en Normandie, et plus précisément à Caen, des espaces conviviaux citoyens (ECC), précurseurs des GEM. Ces lieux ont depuis le départ une vocation d’échange et d’entraide (pair-émulation) en vue d’aider les usagers à reconquérir leur autonomie.

Ces trois dernières années, Advocacy a engagé, en réponse à un appel d’offre lancé par la FIRAH (Fondation internationale de la recherche appliquée sur le handicap), un programme de « recherche-action » plaçant les usagers en interlocuteurs privilégiés des pouvoirs publics (services administratifs, mairies, conseils départementaux) et en les reconnaissant en situation de « chercheurs » pour co-construire et améliorer les relations avec ces derniers.

La philosophie d’Advocacy est depuis le départ de (re)mettre les usagers en situation de responsabilités. C’est d’ailleurs pourquoi le comité d’administration d’Advocacy France est majoritairement gouverné par des usagers. Concernant les délégations régionales, chaque espace convivial citoyen possède deux représentants qui portent la voix des autres adhérents au sein du comité d’administration régional.

« Le jour où les personnes peu habituées à parler seront entendues par des personnes peu habituées à écouter, de grandes choses pourront arriver ! »

 

Vincent Renoir, Chef de projet Innovation & Communication, Association Le Centre

 

 

Son parcours

 

LE-CENTRE est une association loi 1901 basée à Poitiers, née en 2009. Lieu ressource innovant, son objet est de mener toute action de veille, de sensibilisation, d’information, d’animation et de promotion dans le domaine des services à la personne, de l’aide à l’autonomie et du bien vieillir. LE-CENTRE, acteur de la Silver Economie en Région Nouvelle-Aquitaine, favorise les échanges de pratiques professionnelles et le partage des connaissances dans un objectif de développement et de structuration du secteur. LE-CENTRE porte depuis 2017, l’Espace Autonomie, un centre d’information, de conseil et de démonstration des aides techniques et technologiques, dédié à l’autonomie et au maintien à domicile des seniors, et personnes en situation de handicap.

 

Son intervention

 

Le projet « Humanlab » développé par l’Association Le Centre a pour objectif d’essaimer en Nouvelle-Aquitaine des ateliers pilotes de fabrication numérique dédiés à la santé pour tous, en partenariat avec les Fablab de la Région.

Par l’utilisation de la fabrication numérique, ces ateliers viseront à résoudre des problématiques liées au handicap (fabrique de prothèses, aides techniques) en proposant des alternatives à un moindre coût.

La recherche et le développement des solutions seront faits pour et par les personnes en situation de handicap, utiliseront les technologies libres, la biorobotique et le bio-recyclage et impliqueront des entreprises, des écoles, des centres de recherches et des Fablab.

Plus encore, ces ateliers seront également des lieux d’échange, d’écoute et de partage de compétences et de connaissances entre les différents acteurs du territoire (patients, ergothérapeutes, techniciens, laboratoires, associations).

En imaginant des solutions nouvelles et personnalisées, les « Humanlabs » viseront à aider les personnes en situation de handicap à reprendre confiance en eux suite à un traumatisme physique et moral, et à développer des compétences techniques.

Ce projet permettra ainsi de proposer aux personnes ayant un handicap, des prothèses et des aides techniques qui leur correspondent :

  • Techniquement : l’équipement doit pouvoir s’adapter parfaitement aux problèmes de la personne et être évolutif. Les technologies employées comme le Scan 3D, là où la recherche « classique » utilise des moulages en plâtre, permettront plus de précision et de rapidité, notamment dans la fabrication des emboîtures de prothèses.
  • Esthétiquement, pour permettre une acceptation optimale de la prothèse, en fonction des envies et des goûts de chacun.

Chaque prothèse / équipement est unique et correspond à l’identité de son propriétaire. En ce sens, l’appareillage médical devient alors une œuvre d’art.