JNE TLA - Table Ronde 2

Journée Nationale d'échanges et de formation par Médialis. Table ronde "Mieux articuler les politiques du médico-social, du logement et de l'action sociale"
De gauche à droite, Hélène Foucault, Thomas Jourdan-Bourbon, Virginie Doyon

 

"Mieux articuler les politiques du médico-social, du logement et de l'action sociale"

 

Hélène FOUCAULT, Cheffe du service Accompagnement Gérontologique au sein du pôle Bien Vieillir

 

Visionner son interview   

 

Son parcours

 

Expérience de près de 15 ans dans le secteur médico-social – responsable du service Accompagnement gérontologique Pôle Bien vieillir du CCAS du Havre – mise en oeuvre, articulation et développement de dispositifs médico-sociaux : CLIC, MAIA, SHERPA. Chef de projet Maison DAHLIA.

 

Son intervention

 

Le Centre Communal d’Action Sociale (CCAS) du Havre a pour principaux objectifs d’intervenir auprès des publics en difficultés et de proposer un soutien dans le domaine du logement. Pour répondre à ces deux objectifs, le CCAS du Havre a notamment créé deux dispositifs : S.H.E.R.P.A et la Maison Dahlia.

Le S.H.E.R.P.A (Service Havrais d’Evaluation des Risques au domicile des Personnes âgées) permet aux personnes âgées en perte d’autonomie de bénéficier du diagnostic gratuit d’un ergothérapeute à domicile. L’objectif est de proposer une évaluation personnalisée en vue de réduire le risque de chute au domicile, de présenter des solutions d’aménagements simples à réaliser dans son logement et de faciliter la prise de décision à prévoir grâce à un accompagnement administratif permettant de solliciter plus facilement des financeurs potentiels.
L’ergothérapeute propose dès lors un projet d’adaptation du logement en fonction des difficultés ressenties par la personne pour notamment réduire le risque de chute, pour aider à la réalisation des devis ainsi que pour apporter des conseils de financement.

La maison DAHLIA est un habitat recréé et pensé pour réduire les accidents du quotidien à l’aide de solutions simples et facilement transposables en vue de préserver la sécurité et le confort de son logement. Les professionnels présents accompagnent les personnes lors d’une visite guidée (cuisine, salle de bain, douche, chambres) afin de pouvoir tester les solutions techniques présentes dans les différentes pièces. Cet espace a pour objectif majeur de présenter les différentes aides techniques et technologiques existantes pour soutenir le maintien à domicile des personnes âgées et/ou en situation de handicap.

 

Thomas JOURDAN-BOURBON, Chargé de mission aide à domicile, Conseil Départemental de l'Ardèche

 

Visionner son interview   

 

Son parcours

 

Attaché territorial – Chargé de mission Aide à Domicile au sein du service domicile et coordination du Département de l’Ardèche depuis plus de trois ans en charge du suivi et de l’accompagnement des services d’aide et d’accompagnement à domicile, une partie de ses missions est orientée vers un aspect « développement », notamment sur le champ de la prévention par les aides techniques dans le cadre de la conférence des financeurs.
Le Département de l’Ardèche compte un peu plus de 320 000 habitants et est situé dans la région Auvergne Rhône Alpes.

 

Son intervention

 

En tant que lauréat de l’appel à projets de la CNSA consacré à « l’économie circulaire des aides techniques », le Conseil départemental de l’Ardèche a engagé en 2017 une réflexion sur l’amélioration de la diffusion des aides techniques sur le territoire départemental en prenant en compte les impératifs démographiques (population en moyenne plus âgée qu’en France) et topographiques du territoire.

Cette démarche répondait ainsi directement aux orientations de la loi d’adaptation de la société française au vieillissement dans le sens où elle visait à :

  • Améliorer l’accès aux équipements et aux aides techniques individuelles favorisant le soutien à domicile, notamment par la promotion des modes innovants d’achat et de mise à disposition ;
  • Favoriser la coopération institutionnelle, notamment en matière d’aide technique par la mise en place de la conférence des financeurs de la prévention de la perte d’autonomie.

Les premiers travaux engagés au sein de la Conférence des financeurs de l’Ardèche ont permis de réaliser quelques premiers constats :

  • L’offre d’aides techniques est peu claire et segmentée pour les bénéficiaires, les financeurs et les aidants, y compris professionnels ;
  • Les aides techniques répondent à une définition peu opératoire ;
  • L’aide des financeurs est souvent limitée à une aide à l’acquisition, et ne prend pas systématiquement en compte les questions d’installation, de prise en main ou d’évolution de l’aide technique. De même, la question de son recyclage et de ses possibilités de reconditionnement ne sont pas développées individuellement par les financeurs ;
  • Le sujet nécessite une coordination poussée notamment sur le secteur de l’adaptation du logement.

Une étude menée dans un second temps a permis de confirmer, d’objectiver et d’étayer les constats faits par les membres de la conférence, il a été décidé de travailler plus spécifiquement sur 4 stratégies distinctes devant conduire à des actions de court terme :

  • Promouvoir une culture commune de la prévention et de l’usage des aides techniques par la montée en compétences de la communauté d’acteurs ;
  • Déploiement d’un kit prévention (unique ou spécifique) dans le cadre des visites à domicile prévention qui sont réalisées par SOLIHA ;
  • Création d’un Fonds de compensation ;
  • Déploiement d’une téléassistance avancée.

Au-delà de ces actions, s’il a aussi été proposé de poursuivre les réflexions sur la mise en place d’une démarche d’économie circulaire dans le domaine des aides techniques, cette piste n’a pas été retenue comme prioritaire à court terme compte tenu des difficultés constatées sur les autres territoires qui expérimentent ce sujet dans le cadre de l’appel à projet de la CNSA.

Il est ressorti du travail mené avec Médialis qu’avant d’envisager toute mise en oeuvre opérationnelle d’actions liées aux aides techniques, il était impératif de créer et de fédérer une véritable communauté d’acteurs. En ce sens, les aides techniques ne doivent pas être perçues comme de « simples » outils de prévention mais aussi comme un facteur d’intégration et de coopération interinstitutionnel et cela, par simple innovation frugale des pratiques.

Pour ce faire, la détermination d’un socle commun comme unité de base est l’étape préalable indispensable. Ce socle doit, à terme, devenir le langage commun de tous les acteurs de la prévention. Il est donc nécessaire d’organiser et de promouvoir la formation et la montée en compétences des acteurs.

En vue de fédérer la communauté d’acteurs, et permettre la diffusion des aides techniques, il a été décidé de s’appuyer sur une action centrale et commune, à savoir les visites à domicile « prévention » réalisées par SOLIHA et financées par la Conférence.
Les autres scénarios envisagés n’ont pas été retenus pour une mise en oeuvre à court terme mais pourront ouvrir, à l’avenir, de nouvelles perspectives de déploiement des aides techniques en Ardèche.

Présentation de Thomas Jourdan-Bourbon lors de la Journée Nationale d'échanges et de formation "Territoires : Logement et Autonomie" du 7 nov 2018

Retrouvez le détail de son intervention en cliquant ici.

 

Virginie DOYON, Responsable du service autonomie insertion logement, Conseil Départemental de la Haute-Marne

 

Visionner son interview   

 

Son parcours

 

Responsable du service autonomie insertion logement au conseil départemental depuis janvier 2011, Mme Doyon a également été référent logement au conseil départemental depuis 2005 en charge du FSL et du PDALPD. Ayant travaillé avec la DDT/DDE sur des thématiques de l’habitat comme l’habitat insalubre et la précarité énergétique et sensibilisée sur les problématiques du maintien à domicile des personnes âgées avec l’APA, avec la mise en oeuvre de la CDF, il a été évident, en lien étroit avec l’Anah, de mettre en place un axe sur l’habitat adapté et les aides techniques pour avoir une vision globale du maintien à domicile en couplant l’aspect bâti et l’aspect aide technique facilitant la vie à domicile.

 

Son intervention

 

Le Conseil départemental de la Haute-Marne travaille aujourd’hui sur la question de l’habitat de manière globale en promouvant l’aménagement du logement, l’accès aux aides techniques et autres équipements en vue de favoriser le maintien à domicile des personnes âgées. Le Programme d’Intérêt Général (PIG) matérialise cette volonté en inscrivant l’amélioration des logements situés dans des zones non couvertes par d’autres opérations programmées comme un axe majeur de la politique départementale. Dans ce cadre, un partenariat avec l’Agence Nationale de l’Habitat (Anah) a été établi en vue d’adapter 150 logements de propriétaires occupants modestes ou très modestes. L’Anah, mais également les caisses de retraite, financent ainsi la prise en charge de travaux en lien avec le bâti. En plus de l’adaptation du logement, l’installation d’aides techniques est également un point structurant du PIG financé en partie par la Conférence des Financeurs.