JNE TLA - Table Ronde 4

Journée Nationale d'échanges et de formation par Médialis. Table ronde "Adapter le lieu et le territoire de vie : quelles réponses concrètes apporter aux usagers et aux EPCI ?"
De gauche de droite, Pierre-Olivier Lefebvre, Eric Vialatel, Virginie Doyon, Claire Chaffanjon

 

"Adapter le lieu et le territoire de vie : quelles réponses concrètes apporter aux usagers et aux EPCI ?"

 

Pierre-Olivier LEFEBVRE, Délégué Général du Réseau Francophone Villes Amies des Aînés

 

Visionner son interview   

 

Son parcours

 

Pierre-Olivier Lefebvre est Délégué Général du Réseau Francophone des Villes Amies des Aînés (RFVAA), affilié au Réseau Mondial de l’Organisation Mondiale de la Santé, depuis sa création en 2012. Spécialisé en gérontologie sociale depuis près de 30 ans et après avoir dirigé des services et des établissements de personnes âgées, il anime le RFVAA qui regroupe plus de 120 membres. Cette association, à vocation internationale, travaille avec des collectivités territoriales et territoires de toutes tailles, afin de promouvoir la démarche Villes Amies des Aînés qui vise à adapter l’environnement social et bâti aux personnes âgées en prenant en compte leurs spécificités.

 

Son intervention

 

« Pour vivre avec son âge et habiter pleinement dans son territoire »

Le Réseau Francophone des Villes Amies des Aînés (RFVAA) a été développé en 2012 dans la continuité de la création du réseau mondial des villes et communautés amies des aînés par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en vue de répondre aux défis de la transition démographique et de favoriser le mieux vivre des aînés.

Avec pour ambition de développer la démarche « Villes Amies des Aînés » à l’échelle du territoire français francophone, le RFVAA vise à la fois à promouvoir la nécessité d’organiser des territoires bienveillants, à repenser le rôle social des aînés, à avoir une meilleure compréhension des rythmes de chacun, à intégrer les différences qui existent chez les personnes âgées et à oser des constructions avec des usages adaptés au vieillissement dans un parcours résidentiel cohérent.

C’est dans ce cadre que le Réseau valorise annuellement les initiatives portées par certaines villes qui encouragent le vieillissement actif, insufflent une dynamique participative et partenariale et favorisent le sentiment d’appartenance des habitants âgés à leur territoire.

 

Eric VIALATEL, Président et Fondateur des Maisons de Marianne

 

Visionner son interview   

 

Son parcours

 

Eric VIALATEL a créé en 2008 le concept précurseur et innovant des « Maisons de Marianne ».
Ouvert sur la ville, cet incubateur social développe et conçoit des habitats de qualité adaptés au maintien à domicile. S’appuyant sur ses fortes valeurs humaines, ce modèle d’excellence offre dans un cadre adapté une véritable alternative pour les populations âgées et handicapées, sans oublier ceux aux revenus les plus précaires. Référence incontournable du modèle d’habitat intergénérationnel, avec aujourd’hui 14 résidences en fonctionnement et plusieurs dizaines de programmes en cours de réalisation, le groupe « Les Maisons de Marianne », par son expérience acquise et sa volonté de répondre toujours mieux aux attentes, est attaché à une constante évolution et amélioration de son concept, avec une démarche toujours orientée vers le vivre ensemble.

 

Son intervention

 

Face au vieillissement à venir de la population, les Maisons de Marianne ont imaginé des solutions d’habitat adaptées et innovantes, permettant de favoriser le maintien à domicile et de développer les liens entre résidents via :

  • Un projet social adapté au contexte local pour le bien vivre ensemble,
  • Des appartements, maisons avec des espaces communs pour favoriser le partage et la transmission de savoirs en mobilisant les talents des personnes âgées et des jeunes générations,
  • Un lieu de vie regroupant tous les outils de lien social et de maintien à domicile, dans un environnement convivial et sécurisé depuis les logements adaptés, avec des services spécifiques, des animations et des ateliers dédiés.

En effet, les résidences « Les Maisons de Marianne » sont composées de 80 à 120 logements individuels ou collectifs adaptés aux besoins des personnes âgées ou à mobilité réduite. Plus que des résidences adaptées, ces dernières sont avant tout conçues pour favoriser les liens intergénérationnels à l’aide de salles dédiées aux échanges entre résidents et aux services apportés.

Des coordinatrices sont en charge de garantir le dialogue et les échanges avec les résidents et de superviser les prestataires proposant plusieurs activités telles que la sophrologie, le yoga, le loto, etc. Chaque résident est libre de s’y inscrire et peut proposer d’animer une activité en vue de devenir acteur de son lieu de vie et de son quotidien. Fondées sur les valeurs d’entraide et de partage, ces résidences maintiennent ainsi le sentiment d’utilité ressenti par les personnes âgées dans le cadre d’un habitat intergénérationnel ou chaque résident s’entraide. L’organisation architecturale et l’offre de services proposée permettent ainsi aux résidents de rester à domicile et d’éviter ou de retarder une entrée en établissement médicalisé. Ces solutions d’habitats adaptés sont réalisées en collaboration avec les bailleurs sociaux, les collectivités locales, les promoteurs immobiliers. Toutes ces parties-prenantes partagent en effet un même objectif : favoriser l’autonomie des résidents âgés ou handicapés et développer le lien intergénérationnel dans l’habitat social.

 

Virginie DOYON, Responsable du service autonomie insertion logement, Conseil Départemental de la Haute-Marne

 

Visionner son interview   

 

Son parcours

 

Responsable du service autonomie insertion logement au conseil départemental depuis janvier 2011, elle a également été référent logement au conseil départemental depuis 2005 en charge du FSL et du PDALPD. Ayant travaillé avec la DDT/DDE sur des thématiques de l’habitat comme l’habitat insalubre et la précarité énergétique, et sensibilisée sur les problématiques du maintien à domicile des personnes âgées avec l’APA, avec la mise en oeuvre de la CDF, il a été évident, en lien étroit avec l’Anah, de mettre en place un axe sur l’habitat adapté et les aides techniques pour avoir une vision globale du maintien à domicile en couplant l’aspect bâti et l’aspect aide technique facilitant la vie à domicile.

 

Son intervention

 

Dans le cadre de la prévention de la perte d’autonomie, le Conseil départemental de la Haute-Marne a aménagé un bus en appartement témoin afin d’informer l’ensemble de la population sur les différents dispositifs existants pour adapter son logement et sur les aides techniques favorisant le maintien à domicile des personnes âgées. Ce « showroom itinérant », composé d’une salle de bain, d’une cuisine et d’un salon, est un outil de communication dynamique qui a pour objectif de diffuser un message de prévention au plus près des territoires, notamment dans les zones rurales. Ce bus a ainsi pour ambition d’amorcer une réflexion autour de l’adaptation du logement et de promouvoir les aides techniques. Ce bus sillonne le département, lors de manifestations locales, pour sensibiliser les personnes âgées, leurs proches mais aussi les moins de 60 ans. Il s’adresse aussi aux Services d’aide à domicile, aux professionnels de santé, aux étudiants des filières médico-sociales et aux professionnels du bâtiment. Porté par la Conférence des financeurs, ce projet a nécessité l’intervention de nombreux acteurs sur le territoire, y compris de nombreux artisans locaux.

 

Claire CHAFFANJON, Cheffe du service Transition Energétique - Logement - Construction de la DREAL Grand Est

 

Visionner son interview   

 

Son parcours

 

« J’ai la chance de piloter le service transition Energétique Logement Construction de la Direction régionale de l’Environnement de l’Aménagement et du logement du Grand Est. »
Ce service de 48 personnes situant son action dans des partenariats larges :

  • Appuie les collectivités et les entreprises pour répondre aux défis de la transition énergétique, et pour agir pour reconquérir la qualité de l’air,
  • Porte les enjeux du bâtiment durable dans la construction neuve et la rénovation,
  • Mobilise l’ensemble des acteurs pour le bon logement, au bon endroit, pour la bonne personne. C’est dans ce cadre que la démarche « Vieillissement et habitat » est conduite.

 

Son intervention

 

A l’initiative de la DREAL Grand-Est, une démarche régionale autour de l’impact du vieillissement sur les politiques locales de l’habitat a été lancée.

Elle repose sur un constat : en 2040, plus du tiers des habitants du Grand Est auront au moins 60 ans, contre moins de 25% en 2013. Le vieillissement est un phénomène déjà engagé sur les territoires ruraux. Il va se généraliser et s’accélérer notamment sur les territoires urbains qui vont connaître une forte gérontocroissance.

La transition démographique engagée représente donc une opportunité à saisir pour repenser nos modes d’habiter et de vivre, renforcer les solidarités tout en apportant un nouvel élan à l’économie locale. Face à la diversité des parcours de vie, il s’agit donc d’anticiper les besoins, d’offrir aux séniors la possibilité de choisir leurs parcours résidentiels et de donner aux territoires du Grand Est les leviers d’actions pour anticiper ces mutations et intégrer le vieillissement comme un axe transversal de leurs politiques publiques notamment dans le domaine de l’Habitat.

Cette démarche s’appuie sur l’association originale des acteurs de l’habitat et du médico-social pour partager les enjeux locaux :

  • Une approche à différencier par public qui implique des réponses « solutions habitat » de natures différentes et la nécessité de définir une stratégie propre au contexte local,
  • Une réponse à construire de manière transversale et globale entre habitat, services (mobilité notamment), aménagement du territoire, et vie sociale (prévention de l’isolement),
  • Des lieux d’articulation à initier, à faire vivre.

La volonté de proposer un outil d’appui à la décision pour faciliter l’action dans les territoires : la « boîte à outils » :

  • Elle est co-construite de manière collaborative avec les acteurs, permettant ainsi la capitalisation des expériences Grand Est, favoriser l’interconnaissance des acteurs de proximité et permettre l’émergence des lieux d’articulation, innovations et expériences,
  • Elle apporte des modalités d’actions opérationnelles adaptées aux territoires afin de renforcer leur mobilisation et leur appropriation par les acteurs dans le but de faciliter leur action,
  • Elle s’inscrit dans un processus itératif permanent : les retours des utilisateurs doivent permettre l’appropriation, l’amélioration et l’enrichissement progressif.

Plusieurs clés d’entrée sont proposées :

  • Par thématique selon l’étape de sa démarche de projet,
  • Par mot clé,
  • Par problématique selon les questions que peuvent se poser les acteurs.

Elles conduisent à 16 fiches outils proposant sur chaque thème abordé, des informations utiles, des retours d’expériences, des clés de réussite et des points de vigilance pour guider dans les projets.

La boîte à outils a une portée opérationnelle pour favoriser l’action, illustrative par l’apport de nombreux retours d’expériences et de bonnes pratiques, pragmatique en soulignant des clés de réussite et des points de vigilance mais aussi innovante en s’appuyant sur des expérimentations et sur les nouvelles solutions d’habitat en cours de développement et dynamique car son contenu sera évolutif et pourra être enrichi au fil de son utilisation.

Vous pouvez tester et commenter la boîte à outils en cliquant ici.

Vos contributions et vos remarques sont les bienvenues et peuvent être communiquées à la DREAL via l’adresse mail : phl.stelc.dreal-grand-est@developpement-durable.gouv.fr

Slides de la présentation de Mme Chaffanjon de la DREAL Grand Est lors de la Journée Nationale d'échanges et de formation "Territoires : Logement et Autonomie" du 7 nov 2018

Retrouvez le détail de son intervention en cliquant ici.